Denroy City

Survivrez-vous dans une ville rongée de toutes parts par la mafia?
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Un Jim Beam, et fissa

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Dario Leone
Straniero
Straniero
avatar

Nombre de messages : 53
Age : 100
Quartier de départ : Barkmill District
Métier : Tonton flingueur
Date d'inscription : 07/09/2007

Feuille de personnage
Réputation:
11/3000  (11/3000)
Charisme:
2/3000  (2/3000)
Passe-Prison: 2

MessageSujet: Un Jim Beam, et fissa   Ven 28 Sep - 18:33

[L’armurerie]

Comme d’habitude, j’inspire la putain de crainte quand je débarque quelque part. Du haut de mes 1 m 87 je marche lentement direction le comptoir et je laisse entendre mes pas à toute cette bande de tête de mort, j’attends seulement qu’il y en ai un qui me dit un truc de travers et je lui casse le nez; les bastons de bar je connais, on peu même dire que je suis un amateur et que j’aime ça. Le problème généralement à force de côtoyer les mêmes bars et les mêmes trous du cul, c’est qu’au bout d’un moment tout le monde commence à te connaître et que plus personne n’ose se confronter à toi. Pour le moment je suis encore nouveau, on verra bien comment ça se passe; mais je suis pas venu pour me bastonner avec les pouilleux aujourd’hui, je viens avant tout pour m’hydrater un peu le sanguin avec un bon petit putain de whisky. Alors arrivé au comptoir je tire un tabouret, je m’assoie, je fais un signe au barmen pour qu’il ramène sa gueule rapidement et je lui dis :

- Un Jim Beam, et fissa.

En attendant je m’allume une autre putain de nicotine, je regarde un peu la salle et les connards qui polluent l’air, y’a pas à dire, cette ville je l’aime. Je vois aussi deux trois connards qui chuchotent des trucs et qui me regardent, ceux la c’est qu’ils ont vu ma gueule un jours dans un journal, mais je m’en branle, il baissent la tête aussitôt que je me tourne vers eux. Le barmen m’apporte enfin mon liquide, je l’attrape fermement et j’en descends aussitôt un bon 25 cl d’un coup, je repose le verre sur le comptoir et je rappel aussitôt le barmen avant qu’il n’ai le temps de se barrer :

- Et tu m’en mets un deuxième aussi.

Puis je tire une latte sur ma clope et j’attends tranquillement que quelque chose ou quelqu’un puisse me faire oublier ce putain d’ennuie qui commence lentement mais sûrement à venir me taper le système nerveux. Quand je m’ennuie trop je peu faire des conneries et il m’arrive d’être violent, alors j’essais au mieux de m’occuper avec mon briquet Zippo en le faisant taper nerveusement sur le bord du comptoir...
tac... tac... tac...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vito Luchetto
Admin - Staniero
avatar

Nombre de messages : 145
Age : 23
Quartier de départ : GD
Métier : Grand Banditisme
Date d'inscription : 06/08/2007

Feuille de personnage
Réputation:
10/3000  (10/3000)
Charisme:
10/3000  (10/3000)
Passe-Prison: 2

MessageSujet: Re: Un Jim Beam, et fissa   Mer 3 Oct - 8:04

Alors que tu commandes ton verre. Quatres types débarquent à l'intérieur du bar. Un des quatres types désigne une table. Celle qui se trouve juste derière ton tabouret. Les quatres types se ''posent'' et commande des boissons, qui sont pour le moins cher. Ils commençent à parler, et après seulement une petite minute, un des types se lève et t'adresse la parole.

''Arrête de fumer, garçon, l'un de mes amis ici présent ne supporte pas la clope! Merci,...''
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dario Leone
Straniero
Straniero
avatar

Nombre de messages : 53
Age : 100
Quartier de départ : Barkmill District
Métier : Tonton flingueur
Date d'inscription : 07/09/2007

Feuille de personnage
Réputation:
11/3000  (11/3000)
Charisme:
2/3000  (2/3000)
Passe-Prison: 2

MessageSujet: Re: Un Jim Beam, et fissa   Mer 3 Oct - 9:02

HRJ : J’attendais Anthony Spagianni en faite, mais pas de problème ^^

Je me perd dans toutes sortes de pensées plus ou moins dégueulasses quand soudain un type me sort de mes rêveries :

- Arrête de fumer, garçon, l'un de mes amis ici présent ne supporte pas la clope ! Merci...

Au début je calcul pas que c’est à moi qu’on s’adresse, c’est seulement après trois quatre taffes sur ma bonne roulée que je sens que le connard qu’a dit ça est toujours derrière moi et qu’il me mate. Je soupir un bon coup l‘histoire de lui faire comprendre que je suis putain de pas d‘humeur à qu‘on me casse les couilles, je vois aussi que ma clope est finie, alors je l’écrase nerveusement dans le putain de cendrier en face de moi et je me retourne vers ce putain type avant de rajuster rapidement ma veste et de lui dire :

- Excuse moi bonhomme, j’ai pas entendu s’il te plais...

Je sors aussitôt mon tabac et je commence tranquillement a me rouler une autre cigarette :

- Et tu vois, j’aime pas trop quand un connard de ton genre que je connais pas viens me voir pendant que je suis tranquillement en train de siroter mon Jim Beam et me donne des ordres... Tu comprend ? Ça, ça me fout les couilles à l’envers...

J’ai roulé vite et bien, je porte la cigarette entre mes lèvres et j’enfonce le clou en lui demandant :

- Sinon à part ça, t’aurais pas du feu... s‘il te plais ?

Malgré que je suis toujours putain de calme dans ma façon de parler, si le mec est pas trop con il devrait vite piger que je suis pas d’humeur. Mais à ce moment je me prépare d’avance à encaisser un potentiel coup de poing qui pourrait me venir dans la tronche, mais ce connard ferait mieux de retourner s’asseoir sagement avec ses petits copains s’il ne veux pas que je lui fasse bouffer son oreille droite, alors toujours aussi calmement je lui dit :

- Et puis t’es gentil bonhomme, mais je pense que le gugus en question qui supporte pas la fumée est assez grand pour me le demander tout seul. Maintenant tu permet, mais moi je fume, si ça te plais pas je suis sur que y’a plein d’autre endroit dans cette putain ville ou toi et tes furoncles pourront tranquillement papoter sans avoir ma fumer dans la gueule.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vito Luchetto
Admin - Staniero
avatar

Nombre de messages : 145
Age : 23
Quartier de départ : GD
Métier : Grand Banditisme
Date d'inscription : 06/08/2007

Feuille de personnage
Réputation:
10/3000  (10/3000)
Charisme:
10/3000  (10/3000)
Passe-Prison: 2

MessageSujet: Re: Un Jim Beam, et fissa   Mer 3 Oct - 11:11

Je te voyais là, tout seul, donc,.. J'interviens, mais si Anthony intervient, tant mieux !^^

Le type a peur, et cela se voit ! Il tremblote, alors, au lieu de t'envoyer lui même un coups de poing, il tappote l'épaule du gars le plus costaud qui l'accompagnait. Ce dernier se lève, et sort un pistolet de sa poche. Il pointe directement le cannon vers ta poitrine.

''Dégage de là. Ou je te cole une bastos directement dans le coeur!''

Il est content, il se sent supérieur à toi, et cela se voit sur son visage.. Mais sait-il se servire d'un petard ?


Que fais-tu ? ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dario Leone
Straniero
Straniero
avatar

Nombre de messages : 53
Age : 100
Quartier de départ : Barkmill District
Métier : Tonton flingueur
Date d'inscription : 07/09/2007

Feuille de personnage
Réputation:
11/3000  (11/3000)
Charisme:
2/3000  (2/3000)
Passe-Prison: 2

MessageSujet: Re: Un Jim Beam, et fissa   Mer 3 Oct - 11:48

Nom d’un chien, le type qu’a osé me parler tout à l’heure fait dans son froc maintenant, alors au lieu d’assumer ses paroles il préfère ramener un de ses petits copains. Le connard en question à pas l’air d’être impressionné lui, mais on à même pas le temps de faire connaissance que déjà il me braque avec son putain de flingue... lui, je vais lui faire bouffer son oreille droite, et par la même occasion, je vais faire comprendre à ce bar et à ses trois petits copains qui je suis. J’attrape mon sky dans la main droite et je mate longuement le type dans les yeux, j’ai beau avoir son flingue braqué sur moi, j’ai pas le moindre frissonnement de peur, et je continue même de boire comme si de rien était :

- Bon...

Ce connard vient de faire la plus grosse connerie de sa vie en me braquant, mais il le sait pas encore, et d’ici moins de deux minutes il va regretter le jour ou il est né. Je repose mon verre calmement sur le comptoir, je remonte mes manches et je lui dis :

- Ok fillette, pose moi ce jouet tout de suite, tu va te faire mal.

Je suis putain de sur les nerfs mais ça se voit presque pas dans le grain de ma voix, j’ai les veines en feu et j’suis à deux doigts de lui lâcher mon poing dans les dents, mais je suis patient, j’attend encore un peu, l’histoire qu’il comprenne à quel point il est en train de déconner. Je commence à faire un décompte dans ma tête, si ce connard n’a pas fait ce que je lui demande arrivé à zéro, je le massacre. Je le mate droit dans ses yeux sans bouger, et en même temps que je m’allume ma clope je commence, putain de cinq... putain de quatre... putain de trois...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vito Luchetto
Admin - Staniero
avatar

Nombre de messages : 145
Age : 23
Quartier de départ : GD
Métier : Grand Banditisme
Date d'inscription : 06/08/2007

Feuille de personnage
Réputation:
10/3000  (10/3000)
Charisme:
10/3000  (10/3000)
Passe-Prison: 2

MessageSujet: Re: Un Jim Beam, et fissa   Mer 3 Oct - 13:02

Malgré tes ''menaces'', l'homme au flingue ne bouge pas d'un poil. Il arme son Colt Detective,... grosse erreur ? Peut-être, coit qu'il a l'air très sérieux, et pas hésitant, le genre d'homme qui a beaucoup de chose à prouver. Comme un Cow-Boy. Malgré son air bête, beaucoup se serait méfié d'un gars voulant impressionner ses potes. Mais toi, t'es sur les nerfs. Et ton décompte arrive à zero.

Il ne faut pas oublier ses potes! Ils sont Peut-être armés!Surment pas de flingues,... Mais peut-être de couteaux, et d'autres armes blanches !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dario Leone
Straniero
Straniero
avatar

Nombre de messages : 53
Age : 100
Quartier de départ : Barkmill District
Métier : Tonton flingueur
Date d'inscription : 07/09/2007

Feuille de personnage
Réputation:
11/3000  (11/3000)
Charisme:
2/3000  (2/3000)
Passe-Prison: 2

MessageSujet: Re: Un Jim Beam, et fissa   Mer 3 Oct - 14:13

Je demande gentiment à ce putain de connard d’arrêter de me braquer, et ce putain de connard bouge pas d’un putain de poile, j’ai la putain d’impression de parler dans le putain de vide, on pourra pas dire que je l’ai pas putain de prévenu... alors forcément après le putain de un y'a le putain de zéro qui suit...

À peine j’entend le clic de son flingue que j’ai un putain de réflexe, il a rien le temps de comprendre que j’envois direct son putain de flingue à trois mètres de ses putains de couilles avec un bon putain coup de poing bien placé dans le putain de poigné, si on veux me braquer faut le faire à une certaine distance connard ! Ses collègues sont la mais j’en ai rien à foutre, ça se passe entre moi et lui, et la je suis putain de sur les nerfs, alors le coup de genoux qui suit aussitôt que je lui envois dans le putain de bide doit bien lui éclater les putains d’intestins, ni le tacle bien placé dans ses putains de jambes qui manque pas de l’étaler rapidement par terre :

- Imbecille !

Maintenant c’est fini les conneries, je vais lui faire comprendre, ainsi qu’a tout ceux du bar, quel genre d’enfoiré je peut être quand on me casse trop les couilles. À ce moment la, la musique s’arrête et j’ai tous les yeux de la salle rivés sur moi et l’autre connard que je suis entrain d’assaillir à grands coups de putain de poing dans la gueule pendant qu’il est au sol. Je suis putain de méchant et le mec je lui ai pas laissé le putain de temps d’en placer une, et une fois que j’ai la main pleine de sang, je lui attrape violement l’oreille droite et j’hésite pas une seule putain de seconde avant de lui arracher comme un barbare. Là, le mec a mal alors il gueule, je lui ouvre la putain de bouche et je lui fait bouffer sa putain d’oreille pour qu’il ferme sa putain de gueule. Une fois que c’est fait je me relève, ce putain de connard pisse le sang au sol et je crois qu’il va pas tarder à dérouiller. Je regarde tout le monde autours de moi, je chope mon whisky et j’en siffle rapidement cinq putains de gorgées, je tire ensuite trois putains de taffes sur ma cigarette et je dis ces cinq putains de mots :

- Je fume si je veux…

Suivi de ces huit putains de mots :

- Et rien à foutre si ça vous emmerde.

J’attrape ma clope entre deux doigts et je l’envois s’écraser sur la trombine du mec que je viens de trépasser, le mégot retombe sur sa joue juste à coté de son nez, et pour éteindre ce putain de mégot j’hésite pas à y envoyer quelques bons coups de savate en plus. Le mec fini par tomber dans les vaps, s’il l’était déjà pas avant, ou alors il est mort, en faite j’en ai carrément rien à foutre. Je me retourne calmement vers l’autre connard de tout à l’heure, celui qui m’a demandé d’arrêter de fumer, et pendant que y’a le putain de silence après la tempête je le regarde droit dans ses putains de yeux, puis je tire une latte tranquillement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vito Luchetto
Admin - Staniero
avatar

Nombre de messages : 145
Age : 23
Quartier de départ : GD
Métier : Grand Banditisme
Date d'inscription : 06/08/2007

Feuille de personnage
Réputation:
10/3000  (10/3000)
Charisme:
10/3000  (10/3000)
Passe-Prison: 2

MessageSujet: Re: Un Jim Beam, et fissa   Jeu 4 Oct - 11:15

Le type qui t'avais demandé de ne plus fumer tremblotte. Il dit une phrase avant de se lever de la table et de s'enfuir du bar en trotinant.

''Je crois,... On s'casse les mecs!''

Alors que tu les mattes s'enfuir, le barman, qui est dans ton dos, crie un bon coups:

''Tu va te casser de mon bar e*f*iré, ou je te fais sauter la cervelle !''

Le barman est protégé par le comptoir, et a un fusil à pompe. Un client, dans le feu de l'action, a attrappé le pistolet du type à qui t'as arraché l'oreille, et te pointe avec le flingue,... Le barman, au moindre geste d'attaque sur son client, est prêt à décharger son arme
sur toi.
(Tu peux finir le sujet avec un message de cloture, ou je te donnerais la réput, etc,.. Ou (risquer) de le continuer, par la force, la subtilité,...^^)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dario Leone
Straniero
Straniero
avatar

Nombre de messages : 53
Age : 100
Quartier de départ : Barkmill District
Métier : Tonton flingueur
Date d'inscription : 07/09/2007

Feuille de personnage
Réputation:
11/3000  (11/3000)
Charisme:
2/3000  (2/3000)
Passe-Prison: 2

MessageSujet: Re: Un Jim Beam, et fissa   Jeu 4 Oct - 13:02

Et voila que ça devient le putain de bordel, le type que j’ai dessoudé est allongé au sol la gueule dans trois litres de sang, ses putains de convulsions nous font des signes comme quoi il devrait pas tarder à dérouiller, et malgré ça, personne bouge son cul pour l‘aider, moi j’en ai rien à foutre mais faut dire que c’est pas super clean un type étendu par terre en plein milieu du décors.

Puis la j’ai comme une explosion qui se passe en plein dans ma tête, une putain de migraine qui pointe le bout de son nez... merde ! Une putain de migraine quand je vois le barmen m’engueuler avec un fusil à pompe dans les mains pendant qu’un autre guignol veux jouer au héros et récupère le flingue au sol pour me braquer à son tour. Bon sang il faut que j‘essais de me calmer sinon ça va vraiment mal finir, alors je me rassois tranquillement sur le tabouret et j’essais au mieux de garder mon calme. Sans plus tarder je siffle rapidement quelques gorgées de mon Jim Beam, faut que je me requinque un coup, puis je me retourne vers l’autre connard qui veux jouer au héros et j’essais de calmer le jeu :


- Tu sais ce qui est arrivé au dernier connard qui m’a braqué avec ce flingue ? Un conseil pose le, j’ai encore aucune raison de t’éclater la tête, mais si tu baisse pas ton jouet dans cinq putains de secondes je peu changer d’avis.

Puis je me détourne de son regard avant de me retourner face au barmen. Lui est debout derrière le comptoir avec un putain de fusil à pompe dans les mains, moi je suis assis juste devant avec mon putain de whisky dans les mains, j’ai pas encore sorti mon flingue contrairement à tout ces connards, et j’ai pas l’intention de le sortir, mes paluches font très bien l’affaire s’il le faut. Mais une chose est sur, j’ai pas l’intention de bouger d’ici juste pour leur faire plaisir, j’ai la putain de migraine qui monte mais je m’en tape :

- Je suis venu ici pour boire un Jim Beam alors je vais le boire mon putain de Jim Beam !

Je fini mon verre cul sec, je le repose nerveusement sur le comptoir juste sous les yeux du barmen puis je dis :

- Allez pose moi ce flingue, tu sais pas qui c‘est que tu braque.

Je le regarde dans les yeux, j’ai le canon du pompe juste sous le nez mais j’en ai carrément rien à foutre, ça m’impressionne tellement pas que j’en profite même pour jeter un œil à l’entretien puis je dis :

- Tu devrais passer un peu d'huile à canon à l’intérieur parce que la ça commence à rouiller bonhomme, si je dois me faire exploser la tronche par un fusil, j’aimerais autant que le fusil soit propre...

Puis je regarde avec dépit mon verre putain de vide et je reprend :

- Et j’attend toujours mon deuxième Jim Beam que je t’ai commandé tout à l’heure.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vito Luchetto
Admin - Staniero
avatar

Nombre de messages : 145
Age : 23
Quartier de départ : GD
Métier : Grand Banditisme
Date d'inscription : 06/08/2007

Feuille de personnage
Réputation:
10/3000  (10/3000)
Charisme:
10/3000  (10/3000)
Passe-Prison: 2

MessageSujet: Re: Un Jim Beam, et fissa   Ven 5 Oct - 9:25

Le barmen te regarde d'un air menaçant. Il a la haine au visage. L'homme qui joue le héro te pointe toujours, tout le monde te regarde,...
Le barmen n'aime pas que l'on se ''foute de sa poire''. Il te lance rapidement une phrase sur un ton agressif.

''Si tu ne par pas d'ici, j'appelle la police! Fous le camps voyous ! Je te laisse 5 secondes !''

Le décompte commençe,... Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anthony Spagianni
Straniero
Straniero
avatar

Nombre de messages : 30
Age : 26
Quartier de départ : District Large Square
Métier : Mafioso
Date d'inscription : 02/09/2007

Feuille de personnage
Réputation:
10/3000  (10/3000)
Charisme:
0/3000  (0/3000)
Passe-Prison: 2

MessageSujet: Re: Un Jim Beam, et fissa   Ven 5 Oct - 15:02

Une soirée calme...enfin, c'est ce que je pensais quand je marchais dans la direction du Irish Coffee dans le Gellower's. Il parait que c'était un Bar simpa, avec une bonne ambiance même si la Mafia et quelques autre voyous trainaient de temps en temps...

Je marche tranquillement et d'un pas sure comme d'habitude. J'ai confiance en moi, et même si je ne mesure pas 2 mètres, j'ai un caractère d'acier et ça personne pourra me l'enlever ! Donc j'avance tranquillement dans la rue du haut de mes 1 m 80, mon Colt A1911 toujours entre mon ventre et mon pantalon noir. Après quelques minutes de marche, j'arrive devant la façade du Bar, et je pousse la porte pour rentré quand je m'aperçois de quelque chose.

Je vois trois gars, un pointant son flingue vers un grand type, et le Barman toujours derrière son comptoir en train de gueuler qu'il allait appeler les flics. Je m'approche discrétement, et j'aperçois le corps inanimé d'un homme ayant une oreille en moins. Bordel, c'est l'autre qui a fait ça ! Et me voilà foutu dans les emm*rdes, je veux juste boire un pu*a*n de Whisky m*rd* ! Mais là, je vois que celui qui pointe le flingue dans la direction du grand commence à trembler, sa va partir en vrille tout ça, et de toute façon j'ai rien à perdre car d'une façon ou d'une autre, je sais que je vais être impliqué dans cette pu*a*n de baston.

Les bastons de Bar, sa me connait, et c'est pas le moment de me chauffer ce soir car je suis crevé, et j'ai soif ! Je manque de nicotine, alors faut pas me les peter !

Je m'approcha discretement de l'homme continuant de pointer son flingue, quand il put sentir quelque chose de froid toucher son front, mon flingue ! Je le saisis avec mon bras gauche à la gorge, et je lui dis:


"Maintenant p'tit con, tu vas jeter ton pu*a*n de flingue au sol, et toi le Barman, tu la boucle sinon j'te laisse un souvenir métallique entre les deux yeux, compris ?!"

Le gars que je tiens transpire comme un porc, et jete son flingue devant le grand qui le récupére, en tout cas je continu de le tenir et vaut mieux pas pour lui qui bouge, ensuite je dis:

"Alors ecoute moi bien Barman, tu vas me servir un bon Whisky, et tu vas jeter ton putin de flingue par-dessus le comptoir et doucement, sinon ton peu de cervelle va gicler sur les murs..."


J'avais donner cet ordre au Barman restant calme mais en le fixant d'un regard terrifiant. Le gars que je tiens ne bouge pas, il stresse et à peur que je le flingue, et il a raison d'ailleurs. J'ai l'habitude des Bars, et je sais que la plupart des Barman ont tous un flingue en dessous du comptoir pour leur sécurité, donc il doit bien en avoir un lui aussi. En rentrant dans le Bar, je me souviens avoir entendu la phrase du gars dont je ne connais pas le nom, il voulait un Jim Beam alors je rajouta une petite remarque au Barman:

"Et sert le pu*a*n de Jim Beam qu'on ta demander, tu piges ?!"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dario Leone
Straniero
Straniero
avatar

Nombre de messages : 53
Age : 100
Quartier de départ : Barkmill District
Métier : Tonton flingueur
Date d'inscription : 07/09/2007

Feuille de personnage
Réputation:
11/3000  (11/3000)
Charisme:
2/3000  (2/3000)
Passe-Prison: 2

MessageSujet: Re: Un Jim Beam, et fissa   Dim 7 Oct - 11:58

Ok, je vois que j’ai affaire a une vraie pu*a*n de bande de nigaud, et ça, ça me fout les putains de nerfs dans un pu*a*n d’états pu*a*n de pas possible. Quand je commence à avoir une migraine, c’est pas bon de la jouer comme ça avec moi. Je regarde rapidement le connard à ma droite, je me bidonne déjà à l’idée que je vais lui faire bouffer ses couilles dans moins d‘un quart d‘heure, ce connard à décidé de jouer au con, je l’aurais prévenu, j’ai pourtant essayé de calmer le jeu, mais les cinq putains de secondes sont déjà passées, alors tanpis pour lui, ce connard est déjà mort à mes yeux, mais ce connard ne le sais pas encore.

Je me retourne maintenant face au barmen, je m’apprête à lui dire un pu*a*n de truc quand soudain il y a un pu*a*n de... un pu*a*n de cyclope qui débarque dans le bar... Je sais pas pourquoi, mais ce connard a décidé de m’aider apparemment. Sans attendre, il braque le pu*a*n de connard à qui je vais faire bouffer ses putains de testicules dans moins de trois pu*a*ns de minutes, puis il commence à engueuler nerveusement le barmen et il lui demande même un pu*a*n Whisky, pu*a*n de culot qu’il à ce type, je l’aime pu*a*n de déjà. Mais pendant qu’il faisait son cinéma et qu’il détournait l’intention du barmen, moi j’en ai profité pour dégainer à mon tour mon pu*a*n de Smith, vu que tout le monde a décidé de sortir les armes à feu alors j’en fais autant, et généralement quand je dégaine mon flingue y’a trois pu*a*n de cadavre qui suit, et la c’est le pu*a*n de barmen que je braque, moi et le cyclope on à le pu*a*n d’avantage sur eux maintenant, alors calmement je dis :


- C’est ça barmen, tu va gentiment nous servir à boire comme on t’as demandé tu pige.

Je passe mon regard rapidement sur le type qui pisse le sang par terre, je soupir un coup et je dis :

- Ça vaux vraiment pas le coup de s’exploser la gueule à cause d‘un connard pareil pu*a*n... j’ai pu*a*n de soif ! Alors maintenant fiston, pose ton flingue, et sers nous deux putains de Jim Beam. Plus je l’attend mon Jim Beam, et plus tu me casse les couilles, et plus tu me casse les couilles, et plus j’ai envie de te refaire ta déco de m*rd* avec ta cervelle de m*rd*. C’est ça que tu veux, c’est vraiment ça que tu veux connard ? Tu veux vraiment que je t’explose ta pu*a*n de gueule pour te refaire ta pu*a*n de déco de m*rd* avec ta pu*a*n de cervelle de m*rd* ??

Je relâche légèrement mon doigt de la gâchette, la balle a faillie partir droit dans la tête de ce connard, je me suis retenu de peu... la fin de ma phrase je l’ai dit sur un ton pu*a*n d’agressif, c’était involontaire de ma part, ça c’est la pu*a*n de migraine qui s’exprime, la pu*a*n de migraine qui m’explose les tympans, la pu*a*n de migraine qui va pas tarder à me faire faire des conneriess... mais comme d’habitude, j’ai pas froid au yeux, et le pu*a*n de barmen devrait commencer à le remarquer maintenant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vito Luchetto
Admin - Staniero
avatar

Nombre de messages : 145
Age : 23
Quartier de départ : GD
Métier : Grand Banditisme
Date d'inscription : 06/08/2007

Feuille de personnage
Réputation:
10/3000  (10/3000)
Charisme:
10/3000  (10/3000)
Passe-Prison: 2

MessageSujet: Re: Un Jim Beam, et fissa   Lun 8 Oct - 11:16

Les clients du bar sont, en grande partie, tous partis,... Le Barmen à posé gentillemet son fusil à pompe et à servi les verres, en tremblant...

''Voilà, vous avez ce que vous voulez !''

(Je vais finir mon intervention MJ sur ce poste. Pour vous laissez parler Wink

Donc, Dario = +8 de réputation, + 1 de charisme
Anthony = 3 de réputation)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dario Leone
Straniero
Straniero
avatar

Nombre de messages : 53
Age : 100
Quartier de départ : Barkmill District
Métier : Tonton flingueur
Date d'inscription : 07/09/2007

Feuille de personnage
Réputation:
11/3000  (11/3000)
Charisme:
2/3000  (2/3000)
Passe-Prison: 2

MessageSujet: Re: Un Jim Beam, et fissa   Lun 8 Oct - 16:28

Ça y est, la pu*a*n de situation de m*rd* s’arrange enfin et c’est pas trop tôt, parce que j’ai quand même la pu*a*n de soif et que ça m’aurait vraiment pu*a*n d’emmerdé d’attendre encore quinze putains de secondes. Je vois aussi qu’on a fait fuir la plupart des connards du bar, mais j’en ai carrément rien à foutre, je range à mon tour mon flingue dans l’arrière de mon denim et j’attrape mon Whisky nerveusement sans même dédaigner un regard à ce pu*a*n de barman qui mériterait bien un poing dans la gueule, j’en bois rapidement quelques gorgées et j’me retourne vers l’autre connard qui se prend pour un cyclope, je tire un tabouret à coté de moi et je lui fait signe de ramener son cul, je fais ensuite glisser le verre de whisky vers lui, c’est moi qui offre, et je lui dis :

- T’as une pu*a*n de drôle de façon de te faire payer un coup toi, donc ramène ton cul par la camerata.

Ma clope est déjà finie, je me marrais tellement bien que j’ai même pas remarqué que je fumais. Je sors nerveusement mon paquet de tabac et je commence à m’en rouler une autre, à ce rythme la, les buralistes du coin vont faire fortune avec moi, ou alors vont commencer à être en rupture, faut voire. Bon, je roule ma clope et je regarde en même temps le pu*a*n de connard à qui je vais arracher ses putains de couilles tout à l’heure, lui je l’ai pas oublié, et s’il croit déjà s’en être tiré il se met le doigt dans le cul; je suis désolé pour lui mais faut vraiment que les gens comprennent que faut pas m’emmerder, et que quand je dis quelque chose, on m’écoute, et ce connard la va montrer l’exemple de ce qu’il ne faut pas faire avec moi, tout comme l’autre connard à qui j’ai arraché une oreille... Ma clope est terminée de roulée, je sors mon feu et je commence à pomper, ma pu*a*n de migraine commence à passer, puis je me retourne vers le cyclope et je lui demande :

- Alors cyclope, tu t’es enfilé quelle genre de saloperie dans le sang pour vouloir m’aider comme ça ?

Je m’en serait très bien sorti tout seul de tout manière, mais le fait est la, même si je déteste être redevable, faut que je reconnaisse que ce connard m’a quand même bien aidé, du moins, grâce à lui les choses se sont calmées plus rapidement. Je le regarde rapidement, je me demande bien quelle genre de connerie il lui est arrivé pour qu’il porte un œil de verre, mais mon regard n’est que furtif, faut pas qu’il s’imagine que je vais le porter dans mon coeur sous prétexte qu’il m’a sauvée la poire, pour moi ça ne reste qu’un imbécile qui a voulu jouer son héro en me sauvant la mise, tout comme l’autre connard à qui je vais faire bouffer ses couilles qui a voulu aider le barman, à la différence que le cyclope à bien choisi son camp lui au moins. Je tire une latte sur ma cigarette et je soupir un bon coup, j’attend de voir ce qu’il a dire, si c’est un con je me tire aussitôt de ce bar, il se contentera de son verre et d’une petite tape méprisable sur l’épaule en guise de remerciement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anthony Spagianni
Straniero
Straniero
avatar

Nombre de messages : 30
Age : 26
Quartier de départ : District Large Square
Métier : Mafioso
Date d'inscription : 02/09/2007

Feuille de personnage
Réputation:
10/3000  (10/3000)
Charisme:
0/3000  (0/3000)
Passe-Prison: 2

MessageSujet: Re: Un Jim Beam, et fissa   Mer 10 Oct - 5:38

Enfin ! Le barman vient de poser son pu*a*n de fusil à pompe sur le comptoir et à décidé d’apporter nos deux verres de Jim Beam. Je rangea à mon tour mon flingue à l’arrière de mon pantalon noir, et je regarde le gars face à moi, maintenant assis sur un tabouret, et il me parla tout en tirant un tabouret à côté de lui. Je fis un signe de tête positif en guise de « oui » et je m’assois donc sur mon tabouret, le verre de Whisky maintenant face à moi. Je me descends 3 bonnes gorgées dans l’estomac, ah ! sa fait du bien un pu*a*n de bon Whisky ! Mais le manque de nicotine dans le sang se fait de plus en plus ressentir, et je sors immédiatement mon paquet de tabac que je pose sur le comptoir, pour ensuite me rouler une cigarette que je m’empresse d’allumer avec mon zippo qui marche bien heureusement car je n’aurai pas tenu 2 minutes de plus. Le gars me parle, et me demande ce que je me suis enfilé dans le sang pour l’avoir ainsi aidé. Il m’a appelé cyclope, bof je m’en fous, de toute façon c’est vrai que sa choque plutôt les gens rapidement quand je les rencontres, moi j’ai tendance à oublier depuis le temps que je l’ai cette pu*a*n de cicatrice. Je le regarde, tire une longue bouffée de cigarette tout en disant, recrachant ainsi la fumée en parlant :

« C’est peut-être la soif et le manque de nicotine qui m’a fait agir comme ça…En tout cas sa fait du bien de s’faire une pu*a*n de cigarette et un pu*a*n de bon Whisky… »

Je tire encore une taffe, et je me fais une bonne gorgée de Whisky, je sens l’alcool descendre jusqu'à mon estomac, une sensation plus qu’agréable, tout en sentant aussi la fumée parcourir mes poumons… Je regarde discrètement le mec face à moi, je l’ai aidé sans trop le vouloir, de plus au départ je n’étais venu que pour m’faire un bon whisky tout simplement. En tout cas je le regarda et dit :


« Et toi, tu viens faire quoi dans cette pu*a*n de ville ? Moi, c’est pour les affaires comme on dit, et je pense que toi aussi, c’est plutôt rare qu’un mec’ voulant juste travailler légalement vienne dans Denroy. Pour ma part, je suis venu de Naples, j’ai quitté mon beau pays pour allez faire le rêve américain comme on dit…sauf que mon rêve est plus orienté vers le sang, les balles, et les billets verts qu’autre chose… »


Je fis une pose, but une gorgée de Whisky et dit :

« Au fait, moi c’est Anthony, mais appelle moi Tony. Et toi ? »

Après avoir bien parlé, je tire encore une autre taffe, et une autre, les enchaînant à tour de bras. pu*a*n j’espère avoir encore du tabac pour aujourd’hui, car sinon faudra que je bouge mon cul pour aller en acheter, pu*a*n de dépendance à la con. En tout cas, je regarde le mec de mon seul œil, je crois que lui aussi est venu pour le Business, peut-être que je me trompe mais je ne pense pas. En tout cas, je continu de fumer et de boire en attendant une réponse de sa part…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dario Leone
Straniero
Straniero
avatar

Nombre de messages : 53
Age : 100
Quartier de départ : Barkmill District
Métier : Tonton flingueur
Date d'inscription : 07/09/2007

Feuille de personnage
Réputation:
11/3000  (11/3000)
Charisme:
2/3000  (2/3000)
Passe-Prison: 2

MessageSujet: Re: Un Jim Beam, et fissa   Mer 10 Oct - 8:52

- Sans déconner, après avoir passé plus de quinze heures le cul dans les nuages, tu m’étonne que ça fait du bien un pu*a*n de whisky avec une pu*a*n de cigarette.

Le cyclope qui me parle s’appel en réalité Anthony, et apparemment, il a très soif... C’est aussi un connard d’italien comme moi qui a prit le même avion que moi et qui est venu s’installer à Denroy pour le biseness… comme moi. Ce connard m’explique aussi qu’il est de Naples... comme moi... Bon, le gars me raconte donc ses fabuleux projets, moi je me contente de le regarder du coin de l’œil pendant que je lui prête gentiment mon oreille droite, je peu déjà dire qu’il à un pu*a*n de sens de la déduction le cyclope, sans déconner, ça se voit tant que ça que je suis pas un touriste ? Une fois qu’il à fini son discours, je repose mon verre et je lui dis :

- Au moins ça a le mérite d’être clair ce que tu me chante cyclope, mais je crois que j’ai compris ou tu voulais en venir, c’est bien...

J’attrape mon Jim Beam et j’en siffle quelques gorgées, même si au fond je commence à porter de plus en plus d‘intérêt à ce connard, je ne montre aucun signe et mon visage reste stricte et sévère, il faut savoir rester méfiant, et si ce type est le genre de connard que je pense, il comprendra bien. Puis je laisse apparaître un léger rictus et je lui répond :

- Bien Tony... moi c’est, Dario Leone...

Voila pour ce qui est des présentations, peut être que ce connard a déjà entendu parlé de moi, mais en faite j’en ai carrément rien à foutre. Je prête même pas l’intention d’observer sa réaction, mon regard est venu se plonger tout droit dans celui d’une femme... une jeune femme au regard malicieux, au formes sensuelles et au charisme envoûtant, le genre de femme auquel nul homme ne peu rester insensible, son charme absorbe mon regard, une vraie déesse... Je bois rapidement une gorgé de mon Jim Beam l’histoire de me requinquer un coup, puis je me retourner vers le cyclope avant de lui désigner cette affiche publicitaire au fond de la salle et de lui dire :

- Crois tu au paradis et en Dieu Tony ? Moi quand je vois un tel ange sur terre, j’en sais rien...

L’affiche que je lui ai désigné du doigt représente une jeune femme, celle qui à séduit mon regard. Le souffle charnel d’une bouche d’aération relève légèrement sa magnifique robe de couleur blanche pour nous dévoiler sensuellement quelques centimètres de ses cuisses, les cheveux au vent et toujours ce sourire malicieux sur le bord des lèvres, cette actrice retient l’envole de sa robe, les mains délicatement poser vers son érotisme... sacrée Marilyn Monroe. Son prochain film qui sortira dans quelques jours s’appel "Sept Ans de Réflexion", et le moins qu’on puisse dire, c’est que cette affiche est plutôt osée, il mio amore di mai...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anthony Spagianni
Straniero
Straniero
avatar

Nombre de messages : 30
Age : 26
Quartier de départ : District Large Square
Métier : Mafioso
Date d'inscription : 02/09/2007

Feuille de personnage
Réputation:
10/3000  (10/3000)
Charisme:
0/3000  (0/3000)
Passe-Prison: 2

MessageSujet: Re: Un Jim Beam, et fissa   Mer 10 Oct - 13:39

J'écoute l'homme face à moi, qui me dis enfin son prénom, Dario Leone. Il vient de Naples comme moi et on a pris le même avion je pense, il n'y a en pas 50 pour se rendre de Naples à Denroy, en tout cas je n'en ai pas vu beaucoup. Bref, je continue de fumer ma cigarette, soufflant la fumée par mes narines tout en écoutant Dario. Il me parle, et je l'écoute, mais apparemment il reste plutôt méfiant, normal, c'est un vieux réflexe de Mafieu, je reste aussi un petit peu comme ça, et entre hommes connaissant les Mafieux, on se comprend je pense. Lui aussi est venu pour le Business comme on dit, je commence à m'intéresser de plus en plus à lui, même si je reste toujours un petit peu méfiant comme je viens de l'évoquer il y a même 30 secondes. Il me parle de Dieu, et d'un ange en pointant du doigt une affiche d'un film de Marilyn Monroe, magnifique femme, sensuelle, à la fois érotique et classe, pour moi la Femme parfaite ! Je souris à son allusion, puis je lui réponds tout en buvant une petite gorgée de mon Jim Beam:

"Si je crois en Dieu ? Au début oui, mais après les tours qu’il m’a joué, non je n’y crois plus trop, car si j’étais croyant, j’aurai des soucis à me faire, car je crois pas que dieu tolère les meurtres, les crimes en tout genre…et je serai un abonné aux enfers. »

Je sourie légèrement, pour ensuite me siffler une autre gorgée de Jim Beam, puis je reprends :

« Mais, si tu me dis qu’il faut être pieux comme un curé pour l’avoir une nuit dans mon lit, pas de soucis je me repentis immédiatement ! »

Je ria légèrement, puis je tira une bonne bouffée de cigarette, puis je dis, en la recrachant par la bouche :

« Et toi Dario, tu es venu ici en pèlerinage de billet verts pas vrai ? En tout cas, j’ai quelques infos sur la ville grâce à un contact que je me suis fais en ville. Le mec’ en question m’a dit qu’il y a a deux familles Mafieuses, les Baronis et les d’Avella. Peut-être que tu le sais mais nous sommes sur le territoire Baroni en ce moment même, mais bon ils me font pas peur et à toi non plus je pense… »

Je sourie, but une gorgée de Jim Beam, voyant le Whisky réduire dans mon verre, et dit :


« Pour en revenir à ce pu*a*n de taximan, apparemment ce gars est dans le Business, non pas de la Mafia, mais sûrement un petit trafiquant ou quelque chose du genre, sûrement associé aux Baronis. Si tu veux on pourrait lui faire une petite visite pour savoir ce qu’il en est... »

J’avais bien parlé, et je finis cul sec mon verre, pour ensuite faire un signe de la main au Barman encore tremblant, qui me resservit immédiatement un autre Jim Beam dont je bus deux ou trois gorgées, en attendant la réponse de Dario, tirant quelques taffes sur sa ma cigarette entre chaque gorgées de Whisky…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dario Leone
Straniero
Straniero
avatar

Nombre de messages : 53
Age : 100
Quartier de départ : Barkmill District
Métier : Tonton flingueur
Date d'inscription : 07/09/2007

Feuille de personnage
Réputation:
11/3000  (11/3000)
Charisme:
2/3000  (2/3000)
Passe-Prison: 2

MessageSujet: Re: Un Jim Beam, et fissa   Mer 10 Oct - 16:50

- Si je crois en Dieu ? Au début oui, mais après les tours qu’il m’a joué, non...

À voir la gueule de Mr Cyclope, cette pu*a*n de phrase me ferait presque pu*a*n de rire si c‘était pas aussi pu*a*n de pitoyable. Je regarde Tony dans les... son œil, le pire quand il me dis ça, c’est qu‘il sourit. Bon, je laisse moi aussi apparaître un sourire, mais pas un pu*a*n de sourire de gamin comme il vient de me sortir à l‘instant, nan, moi je lui répond avec un pu*a*n de sourire moqueur qui veux tout dire, calmement je tire sur ma clope, je me penche un peu vers lui et je lui dis :

- Ouai, t’as pas apprécié que le bon Dieu t’es enlevé l’œil c‘est ça ?

Je plonge aussitôt mes putains de lèvres dans mon pu*a*n de whisky, y’a aucune pu*a*n d’ironie dans ce que je viens de dire, et j’espère vraiment que ce connard voit ou je veux en venir, parce que si c’est le genre de connard à se faire avoir bêtement, bah ce connard il ne me sert plus à rien si par hasard le bon dieu décidait bêtement de lui enlever l’autre œil. Je tire nerveusement une autre latte sur ma pu*a*n de nicotine avant de recracher nerveusement la pu*a*n de fumée par les putains de narines, le premier qui me dit que je ressemble à un pu*a*n de taureau je lui fait bouffer ses deux putains de couilles par le pu*a*n de cul en remontant jusqu’à la pu*a*n de carotide ! Tony m’a aussi causé des deux familles qui dirigent cette ville, les Baronis et les d’Avella, le dessus, il est bien gentil le coco mais il ne m’apprend rien, c’est pas par un pu*a*n d’hasard du bon dieu que je suis ici, et avant de ramener mon sal cul de connard dans cette salle ville de m*rd* je me suis quand même un minimum pu*a*n de renseigné, mais au moins je suis fixé, notre ami le cyclope veux bosser pour la mafia, et il me laisse largement comprendre qu’il est du coté Baronis, c’est-à-dire du mien, pu*a*n, j’espère vraiment que c’est le genre de gars qui sait garder un œil sur ses arrières... Calmement je lui répond :

- Moi Tony, je suis venu ici pour la même pu*a*n de raison que toi.

J’écrase violemment ma pu*a*n de clope dans le pu*a*n de cendrier et je sors de nouveau mon pu*a*n de tabac pour m’en rouler une autre. Je fume pu*a*n de trop, de toute façon faut bien mourir d’un truc, et vu que le connard qui me logera une balle dans la peau n’est pas encore pu*a*n de né, autant que ce soit la pu*a*n de nicotine qui fasse son pu*a*n de boulot nan ? Un truc que je savais pas par contre, c’est qu’on est sur le territoire des putains de Baronis ici, et ça c’est pu*a*n de bon signe, je souris légèrement à cyclope quand il me parle du taximan, pourquoi pas, ma fois j’avais pensé autre chose, je prend le temps de lécher la feuille de ma cigarette et de la rouler correctement avant de lui proposer :

- Apparemment t’es le genre de gars qui porte ses couilles, c’est bien ce que tu m’a dis tout à l’heure n’est-ce pas ? Que t’étais bien orienté vers le sang, les balles, les billets verts et toutes les conneries du genre. Ce qu’il faut faire, c’est montrer à la ville, ainsi qu’a la famille, qu‘elle genre de connards professionnels ont est, leur montrer au mieux nos talents, et à ton avis, qu‘elle est la façon la plus efficace pour faire remarquer efficacement nos talents à la famille ?

J’allume ma clope et je laisse échapper la fumée de ma bouche en même temps que je reprend :

- Bah moi je pense que le mieux serait de s’en prendre directement à la pu*a*n de famille, si tu vois ce que je veux pu*a*n de dire ? Exploiter leurs faiblesses pour mieux leur rentrer dedans, leur faire un joli numéro explosif de l’intérieur et leur faire comprendre notre professionnalisme, qu’ils feraient mieux de nous avoir avec nous, que contre nous.

Je laisse un temps de silence, mon regard est suffisamment explicite pour lui faire comprendre que je suis pas en train de pu*a*n de déconner, ce que je propose la, c’est pas donné à n'importe quels connards d’avoir les couilles de le faire, et c’est le genre de connerie qui peu nous mener direct à la pu*a*n de morgue à la moindre pu*a*n d'erreur. Je sais pas ce qu’en pense le cyclope, mais je sais que personnellement c’est pas dans mes putains d’habitudes de mourir, donc pour moi c’est sans danger, mais pour lui... il a déjà perdu un œil... De toutes façons, avant de faire quoi que ce soit d’amusant, il va falloir se renseigner, et ce pu*a*n de taximan dont il m’a causé tout à l’heure peut nous être pu*a*n d’utile, et le connards à qui je dois arracher les putains de couilles aussi, tant qu’a faire, on essayera de lui tirer des informations si possible.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anthony Spagianni
Straniero
Straniero
avatar

Nombre de messages : 30
Age : 26
Quartier de départ : District Large Square
Métier : Mafioso
Date d'inscription : 02/09/2007

Feuille de personnage
Réputation:
10/3000  (10/3000)
Charisme:
0/3000  (0/3000)
Passe-Prison: 2

MessageSujet: Re: Un Jim Beam, et fissa   Jeu 11 Oct - 10:17

Je regarde Dario, tirant une dernière taffe sur ma cigarette que j'écrasa dans le cendrier, avant de saisir mon paquet de tabac en me refaisant une autre cigarette et disant:

"Non, j'crois pas que ce soit le bon dieu qui me l'ai retiré...car celui qui l'a fait s'est retrouvé empaqueté dans 10 petits paquets séparés que j'ai soigneusement envoyer à son patron, qui décéda d'une mort atroce quelques jours suivant sa réception des petits colis..."

Je mis donc ma clope au bec, et la longue flamme de mon zippo viens allumer ma cigarette dont je tira plusieurs taffes. Je comprenais ce que me disais le gars face à moi, et en tout cas il ne fallait pas qu'il pense que je suis un moins que rien de part le fait qu'il me manque un oeil. Peut-être qu'il m'en manque un, mais les deux couilles que j'ai, elles sont toujours là et encore de cela pendant un bon bout de temps. Et c'est vrai, le pu*a*n d'enfoiré qui m'avait crevé l'oeil avait été gentiment retourner à son patron en 10 petits paquets, ah le pauvre, il ne savait pas à qui il s'attaquait. Je ne me laisse jamais faire, jamais et ce n'est pas parce que j'ai une pu*a*n de cicatrice à la place de mon pu*a*n d'oeil que je suis une m*rd* ! En tout cas, Dario à l'air d'être à mes côtés, c'est à dire du côté des Baronis. Moi de mon côté, je savais garder toujours un oeil derrière moi, et je ne me laisse pas baiser par quiconque, mais je ne pense pas que Dario est de ce style, même si il faut toujours rester sur ses gardes, une règle d'or dans le milieu.

J'aime bien les propos de Dario, c'est un type intelligent et je sais que je vais bien m'entendre avec lui si sa continu. Evidemment son plan est risqué, mais j'en ai rien à foutre, si on reste là plantés comme des cons on n'arrivera jamais à rien ! Alors autant s'activer et les faire flipper un peu ses Baronis ! Le Taximan pourra sûrement nous aider, mais apparemment le gars qui l'a menacé aura sûrement des infos, enfin je l'espère, en tout cas je boit un bon coup de Whisky, tire trois taffes sur ma cigarette et dit enfin:


"Je vois ce que tu veux dire. De toute façon, ce n'est pas en restant comme ça à ne rien foutre que l'on se fera remarquer. Je crois que c'est con de se faire piquer la place par des petits abrutis sans grande envergure alors qu'on veut plus qu'eux. Pour ce qui est d'avoir des couilles, t'inquiète que je les ai, et que ce n'est pas parce que j'ai un oeil de moins que j'suis une pu*a*n de pédale ! Mes deux chargeurs entre les jambes, ils sont là et t'inquiète que personne ne me fait peur, personne..."

Je tire une autre taffe sur ma cigarette, et je dis tout en soufflant lentement la fumée nocive mais si agréable par ma bouche:

"Il faut les faire flipper, et ensuite ces connards comprendront qu'ils ont besoin de nous. Il faut leur montrer de quoi on est capable ! Ce pu*a*n de Taximan, sa va être qu'un appât, et je crois qu'on pourrai aussi se servir de l'autre enculé de toute à l'heure, peut-être qu'il est en relation avec eux... Mais pour ce qui est du plan c'est okay pour moi, bon pour ce qui est du fric, d'après la pu*a*n de montre de l'enfoiré de Taximan, il doit avoir du fric, donc on aura un petit peu de blé je pense, le temps de se faire connaître. Il se trouve dans le District Large Square, c'est pas très loin d'ici... Bon, tu veux qu'on commence par le Taximan, ou on arrache les couilles de l'autre connard d'abord ?"

Je m’arrête ensuite de parler, et je tire une pu*a*n de longue taffe sur ma cigarette. Il a l’air sérieux, mais moi aussi je le suis, et je suis pas un pu*a*n de trouillard qui va se barrer à la moindre petite difficulté. Les Baronis vont trembler, je le sens bien. Après il faut voir lequel on se fait en premier, le Taximan, ou l’autre connard du Bar…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dario Leone
Straniero
Straniero
avatar

Nombre de messages : 53
Age : 100
Quartier de départ : Barkmill District
Métier : Tonton flingueur
Date d'inscription : 07/09/2007

Feuille de personnage
Réputation:
11/3000  (11/3000)
Charisme:
2/3000  (2/3000)
Passe-Prison: 2

MessageSujet: Re: Un Jim Beam, et fissa   Jeu 11 Oct - 11:19

Tony est un pu*a*n de brave garçon qui n’a pas froid au yeux, je sens que ce connard a du pu*a*n de talent à revendre, et j’espère que je ne me trompe pas sur son compte, parce que si je me plante, je serais obligé de m’en débarrasser de ce connard. Mais je pense qu’il a compris que si on traîne avec moi, on déconne pas, et là, en acceptent ma collaboration, il vient de mettre les pieds dans le pu*a*n d’engrenage, j’espère qu’il en à pu*a*n de conscience le cyclope. Bon, vu qu’apparemment nous somme sur la même longueur d’onde, je me demande bien ce que font nos putains du cul encore assis sur ces putains de tabourets ? Je fini mon verre cul sec, ça fait pu*a*n de bien, puis je lui fait signe de me suivre et je lui dis :

- J’ai quelque chose à faire, et tu va m’aider. Tu te place derrière, tu fait sentir le canon de ton... J’espère que t’a un pu*a*n de flingue hein !?

Pu*a*n, si cyclope n’a pas un pu*a*n de flingue, je jure devant Marilyn Monroe qui je lui fait bouffer son pu*a*n d’œil de verre :

- Bon, tu fais sentir discrètement le canon de ton flingue la ou tu veux, et tu lui chuchote quelques mots explicites pour l’obliger à nous suivre sans broncher une fois que je me serais levé. Je veux que ça ai l’air pu*a*n de naturel et je veux surtout pas qu’il se pu*a*n de rebiffe, donc t’as plutôt intérêt à bien te faire comprendre, et à être pu*a*n de discret, est-ce que t’as bien compris ?

Je sais que je le prend au dépourvu et que je lui explique ce qu’il doit faire sans même lui expliquer le pu*a*n de contexte, mais si ce cyclope n’est pas trop con il devrait vite comprendre, d’ailleurs il a pu*a*n d’intérêt à pu*a*n de comprendre si il ne veux pas que je lui ouvre la gorge avec un pu*a*n de pique à glace ! Bon, je me lève enfin de ce pu*a*n de tabouret et je me dirige droit au fond de la salle là ou où y’a le pu*a*n de connard à qui je dois faire bouffer ses deux putains couilles. Il est tout seul, posé dos au mur, et je lui laisse volontairement entendre mes pas quand j’arrive, je veux surtout pas le surprendre. Sans broncher je tire un tabouret et je m’installe devant lui, sur le moment il a l’air de chier dans son froc, je me retiens de rire, j’enlève mes lunettes et je lui balance un pu*a*n de sourire amical avant de lui dire :

- Je dois reconnaître que faut avoir un certain courage pour faire ce que t’as fait tout à l’heure, et je tenais tout d’abords à m’excuser, je viens de prendre l’avion et ça me rend quelque peu nerveux, des fois je m’emporte un peu c‘est vrai, et je mériterais une bonne correction.

Je rigole légèrement et je reprend :

. Bref, tu m’a l’air de quelqu’un d’intelligent, et je voudrais qu’on reparte sur de nouvelles bases tout les deux, qu’on oubli tout les deux cette histoire, qu’on jette l’éponge. Tu permet que je te paye un coup à boire, l’histoire de me faire pardonner ?

Mon visage se veux rassurant et je ne montre pas le moindre signe d’agressivité. Je lui souris un peu avant de lui tendre une main amicale et de lui dire :

- Au faite, moi c’est Dario Leone.

J’attend que le pu*a*n de cyclope fasse son pu*a*n de numéro maintenant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anthony Spagianni
Straniero
Straniero
avatar

Nombre de messages : 30
Age : 26
Quartier de départ : District Large Square
Métier : Mafioso
Date d'inscription : 02/09/2007

Feuille de personnage
Réputation:
10/3000  (10/3000)
Charisme:
0/3000  (0/3000)
Passe-Prison: 2

MessageSujet: Re: Un Jim Beam, et fissa   Jeu 11 Oct - 11:34

J'écoute toujours Dario, fumant ma cigarrette. Apparement il a un plan pour l'autre connard à l'autre bout du Bar, c'est un plan pas mal. Lui va lui faire la conversation, et pendant qu'il détourne son attention je m'occupe de pointer mon flingue là où je veux et le faire dégager de ce bar discrétement et sans histoires. Bon, la discrétion sa me connais, et je sais aussi comment me faire comprendra rapidement. Je vide mon pu*a*n de whisky en même temps que mon nouveau collaborateur, et j'écrase ma cigarette en tirant ma dernière taffe. Quand Dario me demande si j'ai un flingue je lui fis un clin d'oeil avec celui qui me reste, et je le vois partir en direction de la table de l'autre enfoiré. Je le vois s'asseoir face à lui, et à ce moment là je me léve plutôt doucement et vois Dario commençant à lui parler. Je demande un autre verre de Jim Beam au Barman qui me le servit illico, et je vis à la table de l'autre connard un pu*a*n de tabouret juste à côté de lui, entre Dario et le connard. Je me lève discrétement, et je saisit de la main gauche le verre de Whisky, et je raméne mon autre main derrière mon dos, discrétement toujours. J'arrive toujours discret vers Dario et l'autre en train de parler et captiver par mon collaborateur, quand je m'asseois rapidement, pose le verre de Whisky, et pose aussi mon Colt sur sa pu*a*n de braguette de m*rd*. Je fis entendre un petit bruit, mon flingue est chargé, alors je dis au gars en chuchotant et en le tenant assez fermement par l'épaule:

"Tiens, voilà un petit verre pour toi l'ami. Bon, je vais te dire une bonne chose. Tu vois, tu n'as que deux couilles, et sa serai bête d'en perdre une pas vrai ? Ou même les deux ? Alors, je te conseille plutôt de te lever tranquillement quand mon ami face à toi se levera de sa chaise, et on ira discuter dehors sans embrouilles, je te le promet..."

J'avais chuchoté d'une voix plutôt simpathique, avec un léger sourire sur son visage, par contre j'appuie un petit peu plus fort mon flingue sur ses putains de couille et je dis sans sourire, et d'une voix plutôt grave:

"Par contre, sa serai regrettable que tu joue le péteux Capicche ? Alors pas d'ennuis, tu te léve comme je te l'ai dis, et on sort du Bar calmement. Sinon, tu aura une drôle de sensation, tu perdra tes couilles et ta vie...sa serai dommage pour si peu de chose pas vrai ?"

Je le tenais toujours fermement par l'épaule, en le regardant avec un pu*a*n de regard, un pu*a*n de regard voulant lui faire comprendre que je ne rigole pas et que je suis très, mais alors très serieux ! Mon flingue ne se voit pas, et de toute façon le Barman est toujours occupé à nettoyer ses verres près du comptoir. Je continue à fixe l'homme se trouvant face à moi, un regard perçant se dirigeant droit dans ses pu*a*n de yeux...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dario Leone
Straniero
Straniero
avatar

Nombre de messages : 53
Age : 100
Quartier de départ : Barkmill District
Métier : Tonton flingueur
Date d'inscription : 07/09/2007

Feuille de personnage
Réputation:
11/3000  (11/3000)
Charisme:
2/3000  (2/3000)
Passe-Prison: 2

MessageSujet: Re: Un Jim Beam, et fissa   Jeu 11 Oct - 12:49

Tout se passe bien, cyclope lui dit quelques mots et le connard à l’air d’avoir bien saisi le pu*a*n de message. Moi pendant ce temps j’en ai profité pour me rouler calmement une autre pu*a*n de clope, une fois que c’est fait, je regard cyclope sans dire un mot, je rajuste ma veste rapidement, et toujours aussi calmement je commence à me lever de table, je vois que le connard en fait autant, c’est un brave garçon, je me bidonne déjà à imaginer ce qu’on va lui faire dans moins de cinq minutes. Bon, je pense que cyclope à compris qu’il était aussi chargé de garder son pu*a*n d’œil qui lui reste sur lui, mais pour le moment tout se passe parfaitement et on aurait limite l’impression d’être trois bons potes depuis toujours. Bref, fini les amuses-gueule, je trace direct la route dehors accompagné des deux autres connards, au passage je fais même un signe à ce connard de barmen :

- À bientôt bonhomme.

[Torture improvisée]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dario Leone
Straniero
Straniero
avatar

Nombre de messages : 53
Age : 100
Quartier de départ : Barkmill District
Métier : Tonton flingueur
Date d'inscription : 07/09/2007

Feuille de personnage
Réputation:
11/3000  (11/3000)
Charisme:
2/3000  (2/3000)
Passe-Prison: 2

MessageSujet: Re: Un Jim Beam, et fissa   Lun 15 Oct - 7:02

[Torture improvisée]

Moi et cyclope on déboule dans le pu*a*n de bar, je suis resté silencieux tout le long du pu*a*n de trajet, et quand on rentre, y’a tout le pu*a*n de monde qui nous mate sans dire un pu*a*n de mot, notamment ce pu*a*n de barmen qui a déjà l‘air d‘appréhender la suite des événements, et ouai, on est pas au service de la pu*a*n de vierge Marie. Mais la, pas question de perdre du pu*a*n de temps, moi et cyclope on a des putains de choses à faire, je suis juste venu ici pour faire comprendre certaines choses à certains putains de connards du coin, alors sans plus tarder je me dirige vers le pu*a*n de comptoir ma clope au bec en fixant le pu*a*n de barmen, une fois que je suis face à lui, j’attrape son pu*a*n de verre de Pastis qu’il était en train de boire avec un pu*a*n de client, désolé de les interrompre comme ça mais bon, j’en ai carrément rien à foutre de leur pu*a*n de vie. Bref, je ressors le pu*a*n de doigt que j’ai arraché au pu*a*n de lascar qu’on a dérouillé tout à l’heure, et je lui balance le pu*a*n de morceau de chaire en plein dans son pu*a*n Pastis. Je repose ensuite nerveusement le pu*a*n de verre sous le pif du pu*a*n de barmen et je brise le pu*a*n de silence en disant :

- Ça, ça appartient au pu*a*n de lascar qui m’a braqué tout à l’heure, alors toi, estime toi heureux d’être encore un seul pu*a*n de morceau, je pense que le message est claire, à bientôt.

Puis je fais demi tour nerveusement avant de me redirigé vers la pu*a*n sortie, à peine quinze putains de secondes se sont écoulées, ce fût bref, rapide et explicite comme message. Désolé pour ceux qui nous désirait encore mais on à des putains de choses à faire moi et cyclope, une fois dehors j’écrase ma pu*a*n de cigarette au sol et je regarde le pu*a*n de cyclope avant de lui dire :

- Il est ou le pu*a*n de taximan ? Je te suis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anthony Spagianni
Straniero
Straniero
avatar

Nombre de messages : 30
Age : 26
Quartier de départ : District Large Square
Métier : Mafioso
Date d'inscription : 02/09/2007

Feuille de personnage
Réputation:
10/3000  (10/3000)
Charisme:
0/3000  (0/3000)
Passe-Prison: 2

MessageSujet: Re: Un Jim Beam, et fissa   Jeu 18 Oct - 10:41

Moi et Dario rentrons dans le Bar, le Barman commençant à stresser et se demandant surement ce qu'on allait encore faire. Moi et Dario avons des affaires à faire et je ne pense pas qu'on va rester très longtemps dans ce foutu Bar. Dario fout le pu*a*n de doigt du Suisse dans le verre de Pastis du Barman qui vire au teint blanc aperçevant le doigt flottant dans le liquide alcoolisé. Puis après un message assez clair de Dario, je sortis avec lui de l'Irish Coffee qui nous connait maintenant et qui sait qui nous sommes ! Bon Dario me demande où se trouve le taximan. Je me souviens que le gars m'a dit qu'il trainait dans un Bar sur la place du District Large Square et que je pourrai le contacter une fois là-bas. Je répondis donc à Dario en disant:

"Ce connard m'a donné rendez-vous dans un Bar sur la place du District Large Square, c'est à 5 minutes d'ici à pieds..."


Je partis alors avec Dario en direction du DLS que je connaissais plutôt bien maintenant tout en pensant au plan qu'on allait faire à ce taximan...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un Jim Beam, et fissa   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un Jim Beam, et fissa
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le nouveau cocon de Myou et Bidule
» Comment accrocher un planeur fissa ;)
» BeamNG
» Mon build Tacti/Defiant
» Escorteur-Transporteur Lourd Jem'Hadar - Configuration Full Beam Xindi et Anti-proton

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Denroy City :: Hors jeu :: Corbeille-
Sauter vers: